Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cronica de toponimia e patronimia per Joan-Claudi Dugros

A l’entorn de l’aiga

Suite de la série de toponymes occitans “autour de l’eau” par Jean-Claude Dugros.

Après les eaux courantes, voici quelques toponymes qui évoquent les confluents : le gaulois Condate « confluent » est présent en Périgord : Condat à Bergerac et nos deux communes Condat-sur-Trincou (Condat en 1175, Condatum prope Brantholmum en 1365) et Condat-sur-Vézère (Condac, au xiiie siècle), Hospitalis de Condato en 1239, Condatum en Coli, en 1456). Chez nos voisins, Libourne s'est d'abord appelée Condate, ville gauloise située au confluent de l'Isle et de la Dordogne.

Ambon (Pont d'-) à Creyssac est « probablement une forme diminutive du toponyme Ambés, issu du préfixe latin ambi, ambe (double), fréquent pour désigner la rencontre de deux vallées (ici la Dronne et l’Euche). » (Jean-Louis Lévêque).

Si les représentants de balneum « bain » sont particulièrement nombreux en France, il semble que ce ne soit pas le cas en Périgord. Gourgues a relevé Font Chaude ou des Bains de César, fontaine minérale, commune de Périgueux (Fons Calidus).

Bagnebouc à Saint-André-d’Allas et Bagnegrole à Saint-Cyprien, dans lesquels on reconnaît en premier élément l'occitan banha (prononcer /bagno/) (du verbe banhar : « baigner »), sont des composés expressifs pour désigner un endroit boueux. Dans les deux cas, le second élément peut donner lieu à plusieurs interprétations. 

Écrire un commentaire

Optionnel